Rooibos : l'infusion aux nombreuses vertus

Le rooibos communément appelé à torts « thé rouge », de par la couleur que prend ses feuilles après oxydation, est en réalité distinct du thé puisqu’il s’agit d’une infusion issue du rooibos, dépourvue de théine et riche en antioxydants originaire de l’ouest de l’Afrique du Sud.
Cette infusion aux multiples vertus est reconnue comme étant la boisson nationale des sud-africains.
À la découverte de cette plante sacralisée depuis des centaines d’années par les populations indigènes et qui s’impose progressivement en Europe et certaines parties du monde comme l’une des meilleures alternatives au thé.

Qu’est-ce que le rooibos ?

Le rooibos – ou aspalathus linearis en botanique - est un arbrisseau épineux de la famille des légumineuses, signifiant « buisson rouge » en Afrikaans. Il mesure environ 2 mètres et se compose d’une tige unique donnant naissance à de nombreuses ramifications dont les feuilles de couleur vert clair s’apparentent à de longues aiguilles.

Rooibos en vrac

La particularité de cet arbuste est qu’il pousse exclusivement sur les plateaux montagneux de Cederberg d’Afrique du Sud, entre les petites villes de Wutterthal et Clanwilliam à 200 kilomètres au nord de la ville du Cap de Bonne Espérance. C’est donc un endroit unique au monde puisque des essais de plantations de rooibos dans d’autres régions notamment en Australie, aux Etats-Unis et en Chine n’ont jamais pu porter leurs fruits.
La région de Cederberg dispose ainsi des conditions nécessaires à sa production, à savoir un sol sablonneux chargé en micro-organismes, acide, sec mais aussi minéralisé supportant des écarts de températures parfois extrêmes.

Le climat y est méditerranéen avec des étés chauds pouvant atteindre 40 degrés Celsius et un hiver pluvieux où il peut parfois geler en hiver. Cette situation géographique permet au rooibos d’être protégé des sources de pollution et de bénéficier de modes de production essentiellement biologiques.

Quelles sont les origines de sa commercialisation ?

Le terme de rooibos désigne à la fois l’arbuste mais également la tisane qui en est issue. La découverte de de cette boisson remonte au XVIIe siècle lorsque les colons néerlandais s’installent sur les hauts plateaux de Cederberg. Ils y découvrent la saveur agréable du rooibos et prennent conscience qu’elle pourrait constituer une excellente alternative au thé chinois qu’ils consommaient jusqu’à présent, leur permettant ainsi de réduire le coût de l’importation.

La découverte du Rooibos

Ce n’est que plus tard en 1904 que Benjamin Grinsberg, immigrant russe issu d’une famille d’importateur de thés, s’intéresse au potentiel commercial de la plante poussant à l’état sauvage qu’il nomme « thé des montagnes ». Il met en avant son goût aromatique et doux et parvient rapidement à un franc succès en le commercialisant sous le nom de la première marque de rooibos au monde « Eleven O’Clock ». Il s’agit aujourd’hui encore de la marque la plus connue en Afrique du Sud. Grinsberg fut également à l’origine de nombreux tests pour assurer une culture parfaite de la plante dans des conditions pérennes nécessitant très peu d’eau et d’engrais.

Un marché florissant mais fragile

À l’heure actuelle, c’est sa petite-fille Georgia et son petit-fils Bruce qui ont repris les commandes de l’entreprise afin de perpétuer la tradition de la fabrication du rooibos et en créant par ailleurs de nouvelles marques dont notamment Dragon Fly ou encore Tick Tock Tea.
L’industrie du rooibos est devenue en assez peu de temps un marché fleurissant. Il assure des revenus stables à toute cette région sud-africaine avec plus de 10 000 tonnes produites par an et des exportations qui ont triplées en à peine une décennie. Des inquiétudes émergent cependant au regard du changement climatique qui pourrait rendre les conditions météorologiques encore plus difficiles pour la culture de la plante.

Comment est récolté le rooibos ?

Véritable produit du terroir à l’image du processus d’élaboration du vin, la fabrication du rooibos découle d’un procédé complexe et d’un savoir-faire très précis. Les graines sont tout d’abord plantées au mois de mars/avril dans des pépinières filtrées et fertilisées. Lorsque les plants atteignent environ 10 cm, ils sont ensuite replantés dans les champs pendant la saison des pluies aux mois de juillet/août. Ce n’est qu’à partir de 18 mois de semence, lorsque les plants atteignent 30 à 40 cm au-dessus du sol, que la première récolte peut s’effectuer.

Le moissonnage des feuilles 

Le rooibos est moissonné à la faucille sur des champs de plusieurs hectares. Une fois ramassées, les feuilles sont découpées par machine en copeaux extrêmement fins puis broyées pour former une sorte de pâte verte que l’on fait fermenter pendant près de 12 heures à l’air libre. Les enzymes et l’oxygène de l’air vont conduire à faire changer la couleur du rooibos pour des teintes rouges et brunes. La températures des feuilles lors de la fermentation est alors primordiale pour obtenir un juste milieu gustatif et éviter un goût aigre.

La phase de séchage

Le rooibos est ensuite retourné et séché en de fines couches sous la chaleur du soleil afin de stopper la fermentation. Enfin, il sera stérilisé par un jet d’air de 100°C pour le débarrasser de tout germe puis empaqueté. L’arbuste ayant une espérance de vie d’une dizaine d’années, il pourra fournir jusqu’à 5 récoltes avant de s’épuiser. Les pieds morts seront alors arrachés ou brûlés et le sol labouré pour laisser ensuite reposer la terre pendant 2 ans afin que le sol puisse se reconstituer ses réserves en eau et se régénérer.

Comment déguster le rooibos ?

Comme pour toute infusion, la boisson se consomme généralement chaude. Les feuilles de la plante sont infusées dans une eau à environ 90°C afin de ne être brûlées et pendant au moins 7 minutes pour bien développer ses arômes. Il offre une jolie robe d’un rouge vif et au parfum envoûtant.

Rooibos en Infusion

Une infusion pour toute la journée

Contrairement au thé qui lorsqu’il est infusé trop longtemps peut devenir très amer, le rooibos lui garde une saveur naturellement douce aux arômes de noisette et de châtaigne. Son goût est légèrement sucrée du fait de sa faible teneur en tanins. Il est donc un allié minceur idéal puisqu’il pourra être consommé nature et sans ajout de sucre, édulcorant ou de miel. En revanche, les Sud-Africains, eux, l’ont adopté en l’agrémentant de lait concentrée et de sucre.

Si le rooibos rencontre un fort succès c’est aussi parce qu’il peut être consommé par tous et à tout moment de la journée puisqu’il ne contient pas de théine c’est-à-dire de la même molécule que l’on nomme « caféine » dans le café. Il peut se boire aussi bien chaud en hiver que froid en été voire glacé par temps de canicule ! Certains y ajoutent des fruits secs ou bien des épices comme la cannelle, le clou de girofle ou du gingembre pour une touche plus relevée, ou encore des boutons de rose.

Une boisson pour tous

Il convient donc aux enfants mais également aux femmes enceintes qui ne peuvent pas ou doivent limiter leur consommation de thé ou café. Il peut aussi être bue par les personnes souffrant de problèmes de sommeil afin de bénéficier de ses vertus relaxantes.
La consommation de rooibos s’étant démocratisée, il est donc possible de s’en procurer en supermarchés en plus des magasins spécialisés dans le bio. Les magasins de thés et herboristeries seront également de bons moyens de se fournir des feuilles de rooibos de qualité.
Bien que la demande mondiale ait fait grimper les prix, le coût du rooibos reste abordable et se situe autour des 5€ pour un sachet de 100 grammes.
Le rooibos se conserve dans un endroit sec et à l’abri de la lumière.

Quels sont les bienfaits du rooibos ?

Si le rooibos séduit tant c’est notamment parce qu’il possède de nombreuses propriétés bénéfiques pour la santé.

  • Antioxydant : le rooibos est riche en diverses substances antioxydantes parmi lesquelles l’on trouve les polyphénols, l’aspalathine, la quercétine ainsi que la nothofagine.  Ces substances ralentissent le vieillissement cellulaires aussi bien au niveau musculaire, que cardiaque ou bien encore au niveau de la peau pour lequel il aurait des vertus antibactériennes et réparatrices prévenant des maladies comme l’eczéma, le zona, le psoriasis ou encore l’acné. La richesse en antioxydants du rooibos rouge est toutefois considérée comme inférieure à celle du rooibos vert c’est-à-dire non fermenté. En effet, la fermentation aurait pour conséquence de faire perdre à la plante une partie de son potentiel antioxydant. 
  • Antiallergique : le rooibos aurait des vertus antiallergiques puisqu’il augmenterait la production de l’enzyme en charge de métaboliser les allergènes. Cela a notamment été appuyé par les ouvrages d’Annique Theron dans lesquels elle démontre les bénéfices de la boisson sur les allergies cutanées ainsi que pour guérir les coliques de son bébé.
  • Anticancer : certaines études auraient également démontré des actions anti cancer du rooibos notamment au niveau de la peau comme ont pu le constater des essais in vitro. Il prévient ainsi les mutations d’ADN et malformations cellulaires à l’origine des tumeurs et permettrait d’empêcher la prolifération des cellules cancéreuses. 

Favorise l’activité cérébrale

il participe à la lutte contre le vieillissement cérébral en limitant l’accumulation des peroxydes lipidiques dans le cerveau. Des études menées sur des rats ont en effet montré que ceux ayant consommé du rooibos présentaient un taux beaucoup moins élevés de peroxydes que ceux ayant bu uniquement de l’eau. Le rooibos participe en outre à la lutte contre les maladies dégénératives de type Parkinson ou Alzheimer et protège des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Limite les problèmes de digestion

Il agit sur le système digestif et intestinal soignant ainsi les crampes d’estomac, les diarrhées, les ballonnements, les constipations ainsi que les coliques.Des chercheurs ont par ailleurs démontré les atouts du rooibos pour les maladies du foie. Boire plusieurs tasses par jour faciliterait par exemple le métabolisme des médicaments et une meilleure évacuation par voies naturelles. Il aurait donc toute sa place dans les régimes « détox » visant à décharger le foie.

Améliore la qualité du sommeil

Etant dépourvu de théine et donc d’effet excitant, il est recommandé d’en consommer de 2 à 3 tasses pour lutter contre les troubles du sommeil en raison de ses propriétés relaxantes qui favoriserait l’endormissement et permettrait de retrouver un sommeil de qualité.

Soutien l'activité sportive

Le rooibos est riche en sels minéraux et oligoéléments. Il contient entre autres du fer, du sélénium, du magnésium. Il est donc une boisson idéale pour les sportifs parce qu’il permet une récupération reminéralisante plus rapide.

Lutte contre le mauvais cholestérol 

la consommation de rooibos est également recommandée pour lutter contre le cholestérol. Des personnes sujets à des risques cardiovasculaires ont ainsi vu une augmentation de leur taux de HDL dit « bon cholestérol » au détriment du LDL dit « mauvais cholestérol ».

Facilite la perte de poids 

Le rooibos est un allié minceur précieux puisqu’il possède un effet rassasiant en augmentant la sécrétion de la leptine qui est l’hormone de satiété. Il possède également des propriétés diurétiques qui permettent au corps d’éliminer plus facilement l’eau et les toxines accumulées. Il agirait enfin sur les adipocytes, ces cellules responsables du stockage de la graisse, en ralentissant leur croissance tout en stimulant la production de l’énergie métabolique (ATP).

En favorisant une meilleure digestion, le rooibos permet d’obtenir un ventre plat et son action sur la satiété de limiter les grignotages et la suralimentation. 
La plante serait donc recommandée pour lutter contre de nombreuses pathologies et améliorer son bien-être. De nombreuses autres études scientifiques sont encore en cours de réalisation afin de confirmer que bon nombre de ces bienfaits constatés sur des rongeurs ou in vitro s’avèrent efficaces sur des humains.